ITM Paris a challengé ses étudiants pour réaliser un maquillage sur le thème de l’évasion. Une lauréate a été sélectionnés mais le travail de trois autres étudiantes a été remarqué. Toutes ont fait preuve d’imagination et de créativité. Chacune d’elle recevra une récompense pour sa participation.

Un challenge de maquillage sur le thème de l’évasion

ITM a challengé ses étudiants en leur demandant de réaliser un maquillage sur un thème propice à cette période de confinement : « l’évasion ». Les élèves devaient relever le défi puis poster le résultat de leur maquillage sur Instagram. Les équipes d’ITM ont sélectionnées les quatre maquillages les plus réussis pour ce thème.

Carolane Richard, gagnante du challenge, a vu dans le thème de l’évasion une inspiration vers « le regard que l’on porte sur le monde ». Dans le contexte actuel de confinement, elle a voulu représenter « l’univers du printemps, dont nous sommes plus ou moins privés en ce moment ». Elle l’a ainsi illustré par un champ de tulipes, « fleur emblématique de cette saison », maquillé sur son visage. Elle a choisi d’utiliser l’idée du vitrail, qui exprime selon elle « la transmission, l’ouverture sur le monde extérieur et l’importance de la lumière ». Des éléments essentiels pour elle : « ils m’inspirent le souvenir et rappellent qu’il est important de s’autoriser un moment d’évasion en restant chez-soi ».

Pour Catherine Neyret, dont le travail a été remarqué par les équipes d’ITM Paris, ce challenge pouvait être une occasion pour faire « quelque chose avec un message derrière et pas quelque chose de figuratif ». Elle a d’ailleurs été inspirée par les problématiques autour des injonctions faites aux femmes en cette période de confinement, par le biais de comptes se moquant des femmes. Elle symbolise ainsi l’évasion à travers un changement de peau, comme une mue, pour « s’évader des concepts et des clichés ». Pour elle, « ce genre d’évènement révèle les gens et ces comportements enfoncent un peu plus les femmes dans cette case de « femme parfaite », que je rejette. Et c’est ce que j’ai voulu exprimer ».

Sarah Hebert, a, elle, eu l’idée de quelque chose qui s’envole pour représenter l’évasion et a été inspirée par une mouche qu’elle avait sous les yeux. Habituée des looks graphiques, elle a « essayé de reproduire cette mouche sur [son] visage avec simplement un eyeliner noir et des fausses ailes d’insecte collées dessus ». Elle y a ensuite ajouté « du gloss avec des sous tons vert/bleu pour rappeler la couleur de l’insecte ».

Le thème de l’évasion a inspiré à Emily Adams « une idée d’enchantement et de mystère ». Elle a ainsi créé deux maquillages pour répondre au challenge et le second a été sélectionné par ITM. C’est un maquillage « inspiré de la littérature » et tout en couleurs, réalisé à partir de techniques dont elle n’avait pas l’habitude.

Continuer de s’exercer au maquillage en confinement

Pour les étudiantes, ce confinement a apporté son lot de questionnements. Mais il marque également la possibilité de continuer à pratiquer le maquillage, et même développer de nouvelles techniques

Justement, pour Carolane, « l'auto maquillage est une grande première ». L’occasion, selon elle, de prendre du temps pour penser à soi : « cela me permet d'écouter mes envies du moment, montrer ce que j'aime faire et ce qui me ressemble ». Un travail qu’elle accomplit en se sentant encadrée, notamment grâce au soutien de ses professeurs à ITM Paris et de ses camarades et amies maquilleuses. Ainsi, elle avance sur ses projets : « Mettre en place des rendez-vous skype, être encore plus actives sur nos relations et les réseaux, cela m'a permis de me motiver à créer, montrer mes envies, mes idées et mes inspirations »

Pour Catherine, le confinement passe par « des moments d’expérimentation avec le maquillage ». Des réalisations qui varient selon son inspiration : « soit j’ai une « étincelle d’inspiration » et je prends des heures à réaliser le look que j’ai en tête, soit j’écris des possibles idées sur mon portable, ou je navigue sur les réseaux sociaux en observant le travail d’autres artistes ». Elle s’inspire autant de « films et séries pour la réalisation de créatures » que de ce qui l’entoure au quotidien. 

Sarah se maquille peu pendant se confinement mais continue de s’entrainer à la pratique du maquillage. Elle a pour cela trouvé les parfaits modèles : « Je pratique sur mes proches et je m’entraîne à la création de prothèses ».

Enfin, confinée dans son petit appartement parisien avec son colocataire, Emily trouve un moment de paix en s’entrainant au maquillage pendant ce qu’elle qualifie de « période folle ». Pour s’inspirer, elle préfère suivre « des artistes professionnels en recréant des looks ».

Suivez nos lauréates sur Instagram : Carolane Richard, Catherine Neyret, Sarah Hebert et Emily Adams.